Centre de Yoga de La Bertais

Information sur les activités du Centre et échange entre les Amis de La Bertais-Vassot

Christelle Martin

Free!

date_range 3 septembre 2017
visibility 59 consultations

Un ami m'a récemment envoyé cette chanson, I'm Free, de Stevie Wonder, avec sa traduction.

Je connaissais la chanson sans m'être penchée sur le sens de celle-ci. Je l'ai trouvé tellement beau que j'ai envie de le partager avec vous!

 

 

Free (Libre)

 

Free like the river
Libre comme la rivière
Flowing freely through infinity
Coulant librement vers l'éternité
Free to be sure of
Libre pour être sûr
What I am and who I need not be
De ce que je suis et de qui je n'ai pas besoin d'être
Free from all worries
Libre de tous problèmes
Worries prey on oneself's troubled mind
Problèmes en proie à mon esprit inquiet
Freer than the clock's hands
Plus libre que le tic-tac
Tickin' way the times
De la montre qui fait du temps son chemin
Freer than the meaning of free that man defines
Plus libre que le sens que les hommes donne à ce mot
Life running through me
La vie court en moi
Till I feel my father God has called
Jusqu'à ce que je sente celui qu'on appelle dieu le père

Me having nothin'
Je n'ai rien
But possessing riches more than all
Mais possède des richesses qui valent plus que tout
And I'm free
Et je suis libre
To be nowhere
D'être nulle part
But in every place I need to be
Mais où que je sois j'ai besoin d'être
Freer than a sunbeam
En liberté comme un rayon de soleil
Shining through my soul
Qui brille dans mon âme
Free from feelin' heat or knowing bitter cold
Libre par la chaleur des sentiments ou de connaître une cruelle froideur
Free from conceiving the beginning
Libre de concevoir le début
For that's the infinite start
De l'infinité des commencements

I'm gone - gone but still living
J'avance – avance mais reste en vie
Life goes on without a beating heart
La vie qui continue sans un coeur battant

Free like a vision
Libre comme une vision
That the mind of only you can see
Que ton esprit ne peux imaginer

Freer than a raindrop
Plus libre qu'une goutte de pluie
Falling from the sky
Qui tombe du ciel
Freer than a smile in a baby's sleepin' eyes
Plus libre que le sourire dans les yeux d'un bébé qui s'endors

I'm free like a river
Je suis libre comme la rivière
Flowin' freely through infinity
Coulant librement vers l'éternité
I'm free to be sure of what
Je suis libre d'être sûr
I am and who I need not to be
De qui je suis et de qui je ne veux pas être
I'm much freer - like the meaning of the word free that crazy man defines
Je suis encore plus libre que le sens que les inconscients donnent à ce mot
Free - free like the vision that
Libre – libre comme la vision
The mind of only you are ever gonna see
De ce que ton esprit n'imaginera jamais
Free like the river my life
Libre comme la rivière de ma vie
Goes on and on through infinity
Qui coule et va vers l'éternité

 

Publié dans 10-Coups de coeur culturels, Musique
Christelle Martin

Voir la beauté

date_range 24 avril 2017
visibility 122 consultations

"La beauté est partout".

C'est une phrase qui me vient souvent à l'esprit quand je me promène dans la nature. Et elle résonne avec ces mots d'Arnaud "Tout caillou est un diamant pour celui qui sait voir".

Si je sais m'émerveiller de la petite fleur, à peine éclose, ou de la fourmi qui s'affaire le long d'une feuille... suis-je pour autant capable de voir la beauté, de voir la vie à l'oeuvre, de voir Brahman, en chaque chose? Absolument en chaque chose? C'est-à-dire également les plus insignifiantes, comme les grains de sable, sur mon chemin... Mais aussi celles qui pourraient être facilement cataloguées par le mental comme repoussantes: plaque d'égout, papier qui traîne...

Me promenant il y a quelques jours près du parc des Gayeulles, à Rennes, j'ai eu envie de relever ce défi: essayer de voir chaque chose d'un œil neuf.

Au départ, ça commence comme d'habitude: oh! le beau tronc d'arbre! Cette écorce, c'est magnifique! Et les petites bêtes dedans!!

 

     

 

Et puis, au hasard du chemin, m'attarder sur ce que je ne vois pas d'habitude...

Regarder le sol lui-même, par exemple. Ce sol qui me porte, chaque seconde de chaque jour, depuis ma naissance.

Me surprendre à apprécier les couleurs du métal, et la symétrie de la plaque d'égout en forme de cercle, ou celle avec son quadrillage régulier. Et être surprise de l'irrégularité du rebord de la dernière... Imaginer le travail de ceux qui les ont installées là, il y a (peut-être) des décennies?

 

Etre surprise aussi, en observant les détritus (mégots, liste de course chiffonnée, papier de biscuit...). Observer que, pour une fois, ils peuvent s'intégrer dans ma perception des choses et qu'ils ont leur place. Alors qu'habituellement, les voir fait souvent lever un agacement, un refus: ils ne "devraient pas" être là... Chose que je contourne habituellement en les mettant dans mes poches, puis à la poubelle. Mais là, stars d'un jour, la photo se construit autour d'eux, grâce à leur présence.

 

Voir aussi dans les tags un graphisme habile, et un sens pour celui qui les a créés. Qui a passé du temps à se trouver une signature, à lui donner une forme, à choisir éventuellement des couleurs... A les regarder un peu plus longtemps, on en voit presque l'auteur en train de le peindre. Ces lettres ont donc une âme... :)

Me rendre compte en m'approchant, que les coulures sur le mur, en se mélangeant, ressemblent à une oeuvre. Et puis, m'accroupir pour observer le bas du mur. La mousse qui a réussit à pousser là, recouverte de peinture par endroits. Résistant tant bien que mal...Mélangée à la poussière. Et l'idée qui me vient alors c'est "Wahou! chapeau!" On aurait voulu créer ça, on n'aurait jamais réussi... On n'y aurait même pas pensé!  :-D

   

Je me rends compte que, ce qui rend difficile pour moi la possibilité d'apprécier des objets "matériels", c'est que contrairement à la nature, en général je ne ressens pas leur énergie, la vie en eux.

Et pourtant, à observer ces objets, l'espace de quelques instants, je me suis rendue compte que leur point commun, à chacun, était d'être créé par l'homme. Et que rapidement, si je prenais le temps de les "écouter", une histoire pouvait apparaître. Cet objet que je perçois comme "sans âme", sans vie propre, est tout de même porteur de l'énergie de son auteur (peintre ou métallurgiste, mais aussi tout simplement petit enfant qui court et fait tomber de sa poche le papier du biscuit dont il garde encore des miettes au creux des joues, ou businessman pressé, qui s'arrête sur le parking pour passer un coup de fil urgent, et écrase l'une après l'autre trois cigarettes avant de redémarrer...)

Et ces objets, que généralement je ne vois pas comme légitimes ("ils ne devraient pas être là), que je vis comme une pollution visuelle, je me rends compte que le fait de leur prêter attention me permets d'entendre une histoire possible à leur sujet. Et en tout cas de percevoir qu'ils ne sont pas là par hasard... Tout simplement je comprends que ces objets, contrairement à ce que je pensais, ne sont pas comme des verrues, étrangères et rajoutées à ce monde, mais qu'elles en font pleinement partie.

Publié dans 07-Témoignages personnels
Christelle Martin

lâcher-prise

date_range 6 avril 2017
visibility 99 consultations

Je voulais partager avec vous la petite vidéo suivante.

Déjà, je trouve les images magnifiques.

Et puis surtout, j'ai été très touchée par le message qui s'en dégage. C'est une belle métaphore du chemin spirituel. Et de cette phrase souvent entendue : «gourou kripa kevala», tout est la grâce du gourou.

L'histoire : le personnage se retrouve seul, perdu, en montagne puis en forêt. En plus, la nature semble hostile. Les plantes et même les rochers le poussent en tout sens. Il se défend comme il peut, affolé. Jusqu'au moment où il se trouve si épuisé qu'il se laisse faire. Il se laisse pousser, emmener. Il suit «le sens du courant» quoi. Et...     je vous laisse découvrir la fin!

J'espère que ça vous parlera aussi!

 

Publié dans 10-Coups de coeur culturels, Trésors du Net