Centre de Yoga de La Bertais

Information sur les activités du Centre et échange entre les Amis de La Bertais-Vassot

Annie Toussaint

voeux : 2017 année lumière

date_range 4 janvier 2017
visibility 218 consultations

 

 
Les jours rallongent ! Très bonne année à tou(te)s !
 

Publié dans 08-Vos créations artistiques et littéraires
Annie Toussaint

Soupe orange piquetée de vert

date_range 19 novembre 2016
visibility 83 consultations

potimarron

Pour mon premier "spectacle à l'Orangerie de la Bertais", j'ai choisi la recette de la soupe au potimarron. Parce qu'elle présente un rapport goût / temps passé complètement déséquilibré : en faveur du goût, moindre effort à la clé. Que du bonheur, donc.

Prendre un potimarron, le laver (oui, quand même), ne pas l'éplucher (ô, merveille), le couper en quatre (ça c'est le plus dur, il faut un bon couteau et appuyer fort), puis l'épépiner. Recouper grossièrement les morceaux, placer dans une cocotte minute, recouvrir d'eau, saler.

Faire tourner la cocotte 10 minutes à la vapeur. Ouvrir, mixer, c'est prêt.  Et tel que, nature, c'est déjà délicieux. Avant la cuisson, on peut ajouter de l'ail en poudre : mmm, la pratique du moindre effort… Les amateurs d'ail motivés préféreront éplucher et hacher une ou deux gousses ! L'ajout après cuisson de lait de coco et de curry en poudre confère à cette soupe un goût indien superbement potimarron-compatible. Pour parachever l'oeuvre, saupoudrer la soupe de quelques feuilles hachées de persil et/ou de coriandre  :  les herbes apportent un délicat goût de fraîcheur et leurs petites taches vertes sur ce velouté orange sont du plus bel effet !

Merci aux jardinières-jardiniers de la Bertais, qui chaque année garantissent l'arrivage à la cuisine d'une abondance de potimarrons !

Publié dans 02-La vie de la Maison, A table
Annie Toussaint

Les clowns à la Bertais

date_range 11 juin 2014
visibility 5 consultations

Pour la troisième fois, notre petit groupe d’apprentis clowns s’est retrouvé autour de Sabine, avec hélas deux absents, mais que nous espérons retrouver une prochaine fois ! C’est qu’après trois week-ends sur le thème « Clown et liberté intérieure », nous sommes tous partants pour poursuivre, allez, encore deux week-ends au moins !

Qu’est-ce qui nous rend accros ? Pour ma part, c’est que le clown, tel que présenté par Sabine (élève d’Arnaud, ne l’oublions surtout pas !), est un fabuleux outil de réconciliation avec tout ce qui m’habite ; et un non moins fabuleux outil de prise de conscience de mes résistances. Le tout dans le jeu, les rires et la bonne humeur, avec l’accompagnement si accueillant et bienveillant de Sabine.

Capture d’écran 2014-06-09 à 13.30.32

En clown, j’exprime ce qui me traverse, dans l’instant : je suis gaie, triste, énervée, ronchon, en colère, attirée, etc. Tout ce qui vient est bon à prendre, et à restituer, amplifié, exagéré, avec le petit recul que donne le jeu, le nez rouge, le déguisement. Jouer avec son ombre, quel délice !!! Mon expérience de clown, c’est qu’exposer mon ombre au public peut faire rire ou sourire. Le public adhère ! Alors, moi aussi. Résultat au quotidien : j’accepte beaucoup mieux d’être ce que je suis, tout ce que je suis, du noir au blanc, et réciproquement !

 

Capture d’écran 2014-06-09 à 17.22.55

 

Le travail de l’impro m’apprend aussi à faire confiance à ce qui va venir, dont j’ignore tout la seconde d’avant. Alors que les week-ends précédents, j’avais un peu plus tendance à saisir une idée d’impro quand elle me venait, et la garder jusqu’à ce que ce soit mon tour d’aller sur scène, ce week-end, j’ai un peu lâché de ma tendance à vouloir maîtriser les choses. Impact sur le quotidien : une confiance qui s’accroît.

En clown, on travaille aussi beaucoup la relation à l’autre. Mmmm, vaste sujet ! Sabine nous fait faire beaucoup d’exercices de mouvements, de déplacements, de mises en voix, où nous avons à rester centrés sur nous-mêmes tout en nous mettant peu à peu en interaction à un autre. Une fois bien chauffés, hop, en piste ! Laisser l’autre improviser, attendre qu’il ait fini, répondre avec ce que l’on ressent dans le moment… tout un apprentissage, qui demande à mettre de la conscience dans le jeu (le « je », ha, ha).

Capture d’écran 2014-06-09 à 18.06.43

L’autre, c’est aussi le public. En scène, on joue pour lui. Il faut oser le regarder, entrer en interaction avec lui, et y penser aussi ! C’est quelque chose que j’oubliais souvent les premières fois. Mais ça ne faisait qu’écho à une difficulté personnelle à m’exposer… Avec la confiance qui vient, je regarde un peu plus le public…

Capture d’écran 2014-06-09 à 17.37.19

 

Autre trouvaille du week-end : le poids expressif du silence. Une trouvaille fortuite : c’est juste que j’étais en panne d’inspiration… Mais finalement, ça a créé tout un espace qui a donné un gros poids (comique) à la parole qui a suivi. Donc juste être là, sans parler, non seulement ça peut suffire, mais ça peut aussi être scéniquement plus efficace ! C’était une trouvaille de fin de week-end. Vivement le prochain we clown, que j’expérimente un peu plus le silence sur scène…

Capture d’écran 2014-06-09 à 17.08.42

 

Dans tout cela, il y a pour moi un lien évident avec l’enseignement d’Arnaud. Le clown, tel que le présente Sabine, je le vis comme un   outil de mise en pratique très efficace pour accepter, dans l’instant, ce qui m’habite, que j’exprime, ce qui habite l’autre, ce qu’il exprime, avec beaucoup de liberté et de joie ! Accro, je vous dis…

Capture d’écran 2014-06-09 à 16.37.17

Capture d’écran 2014-06-09 à 16.39.08

Et vous autres copains copines clowns, qu’auriez-vous dit de ce we ?

Publié dans 06-Autres Maîtres et enseignements, 07-Témoignages personnels, Feedbacks sur activités