Centre de Yoga de La Bertais

Information sur les activités du Centre et échange entre les Amis de La Bertais-Vassot

Georges Morant

Le quotidien considéré comme un des beaux arts

date_range 23 mai 2018
visibility 60 consultations

Il y a souvent un malentendu en ce qui concerne la prétendue mise en pratique. Les pensées sont très habiles pour transformer une simple proposition, exprimée dans le cadre de cet enseignement, en une idée, un concept, une recette à répéter en vue d'obtenir un résultat.

A partir de ce fonctionnement mental qui cherche un changement, on entretient subtilement un refus de la réalité présente. Tout le paradoxe, c'est de vouloir devenir quelqu'un d'autre qui serait capable de s'accepter tel qu'il est.

Comme conséquence, nous essayons de transformer les aspects de notre quotidien qui nous paraissent en avoir le plus besoin, alors qu'en réalité, ce sont les aspects qui nous dérangent le plus. Nous tentons ainsi de les étouffer, ce qui ne fait que renforcer notre division intérieure et nous éloigner encore plus de l'unité recherchée.

Notre quotidien n'a pas à être modifié car il peut en définitive nous révéler ce que nous sommes et que nous cherchons désespérément dans la spiritualité.

A force de résister aux situations qui nous dérangent, nous nous coupons d'une confrontation avec nous mêmes car le quotidien n’existe pas en tant que tel : le quotidien c'est nous. C'est nous dans tous nos états, y compris nous en lutte contre notre quotidien.

Le quotidien, c'est le lieu même de la manifestation de la conscience. Car la conscience s'apparait tout autant dans le mouvement que dans l'immobilité. Au cœur même de l'action, nous pouvons donc nous apparaître aussi bien que dans le silence d'une méditation.

Pour permettre l'émergence de la conscience dans l'action, il faut lui ménager un espace. Or cet espace est sans cesse restreint par la pression d'un but qu'on cherche à atteindre. Il faut donc opérer une sorte de décentralisation de l'action, c'est à dire dissocier l'action du but recherché.

Ainsi, l'action ne s'ordonne plus par rapport à un but, elle n'est plus soumise à la tension due à cette recherche et elle acquiert ainsi une nouvelle autonomie. Elle se déroule d'elle même. A ce moment là, ce qui se croyait responsable de cette action disparait au fur et à mesure que se déroule l'action.

Cependant, l'action et son but sont tellement imbriquées l'un dans l'autre qu'il faut suspendre le cours de l'action et s'arrêter. On revient alors à la sensation du corps, au présent du corps qui n'est pas parasité par la projection dans le futur d'un but à réaliser. Cela demande un entraînement. Par la suite, l'action de déroule sans que nous perdions pour autant notre présence à nous-mêmes.

A ce moment là, quelle que soit la situation, préparer le petit déjeuner, aller aux toilettes, demander pour la troisième fois à son enfant d'éteindre son ordinateur ou écouter les problèmes que notre conjoint a rencontrés dans sa journée de travail, tous ces petits événements ont lieu sans qu'il n'y ait plus personne pour les revendiquer. Ces situations se déroulent désormais d'elles-mêmes.

La voie du quotidien est ainsi une voie aussi exigeante que la vie d'un moine dans un monastère ou celle d'un ermite dans la montagne.

C'est une voie à part entière. Rien ne manque au quotidien pour en faire une opportunité de transformation, de maturation, de dépouillement. C'est une véritable initiation au cœur de nous-mêmes.

Malo Aguettant
RIEN NE MANQUE A CET INSTANT
Tant que vous n'y ajoutez rien

Aux éditions Accarias - L'originel

 

 

Publié dans 04-Enseignement d'Hauteville, 06-Autres Maîtres et enseignements
Georges Morant

Être est notre seule identité (3)

date_range 10 mai 2018
visibility 82 consultations

lac de barrage près de Munnar - Inde

(...) Pour ma part, durant des années de recherche, avec l'aide de ces témoins su réel, plusieurs expériences d'éveil ont eu lieu sans pour autant apporter un changement définitif, dans un premier temps. Par exemple, dans une situation particulièrement douloureuse de rupture amoureuse, j'ai clairement vu que plus je tentais de fuir ma souffrance, plus elle augmentait à mes dépens. Elle était comme une ombre qui m'enveloppait et qui finirait par me tuer. La nécessité s'est donc imposée d'affronter ces mécanismes d'identification. Quel est ce moi qui souffre ? Ce fut un face à face qui s'est déroulé seconde après seconde, minute après minute, heure après heure, dans un effort d'attention ininterrompu, jusqu'à ce que cet effort se relâche de lui-même, ne laissant plus alors que la conscience.

Lors de cette situation de détresse, ma confrontation avec le moi en souffrance, sans que des pensées interfèrent a eu lieu à la charnière du plan psychologique et du plan "être". Dans ce cas, il y a eu basculement d'un plan dans un autre. Plus précisément, le plan psychologique fut vu pour ce qu'il était, c'est à dire pour un phénomène apparaissant et disparaissant au sein d'une autre dimension qui le comprenait .Cette autre dimension, ce plan, lui, demeurait stable et n'était pas affecté par les perturbations émotionnelles. De plus, ce plan ne contenait aucun moi. Il fallait bien se rendre à l'évidence, aussi étonnant que cela puisse paraître, il n'y avait qu'un grand vide. Et encore, ce n'est qu'une manière de parler très approximative car ce n'est qu'après coup que l'on utilise cette image du vide, sur laquelle, d'ailleurs, le mental projette immédiatement toute sorte d'émotions comme la peur ou l'attirance. Sur le moment, il n'y a personne pour constater ce vide. Il y a tout simplement absence de l'illusion d'un moi.

Durant quelques semaines, ce fut comme si le poids de l'existence était tombé de mes épaules. Toute préoccupation concernant le passé ou le futur avaient disparu, et pourtant des décisions suivies d'actions adaptées à chaque situation continuaient d'avoir lieu. Tout était parfaitement à sa place.

Plusieurs autres épisodes de ce genre sont arrivés de façon spontanée, et non pas à la suite d'une démarche particulière. Mais, entre ces épisodes, la nostalgie de ces états et la tentative de les retrouver montraient bien que la racine de l'identification au moi n'avait toujours pas été coupée.

Le mental ne peut se représenter la libération que sous la forme d'un événement qui aurait lieu dans le temps, avec un avant et un après. Mais au plan "d'être" , il n'y a ni avant ni après. Il n'y a pas à proprement parler un événement au cours duquel se serait passée une libération. Il n'y a pas de cause à "être". On peut seulement constater après coup qu'une transformation radicale a eu lieu. Et cependant, cette transformation n'est qu'un effet secondaire et non le cœur même de ce qui est en question, car la réalité était déjà là avant cet apparent événement.

"Être" ne change pas. "Être" continue de jouer le jeu de la forme, mais au lieu de s'y perdre, il se retrouve dans ce jeu.

On ne peut pas parler de quelque chose que l'on aurait obtenu, ni même de quelque chose que l'on aurait perdu, c'est une illusion, la croyance en un moi séparé, capable de décider par lui même de ses actes. C'est pourquoi il est absurde de parler de personnes éveillées. Tout ce que l'on peut dire, c'est qu'il y a éveil à chaque instant.

Cette illusion apparemment inoffensive d'un moi séparé possède pourtant un pouvoir de nuisance que l'on ne peut imaginer avant d'en être libre. Plusieurs années ont été nécessaires pour intégrer ce bouleversement, avant qu'une détente profonde s'installe. Mais l'éveil lui même, la réalisation, la libération, n'est pas un état. Il est cette liberté de l'inconnaissable qui se renouvelle au cœur de chaque instant. Un glissement imperceptible su point e perception s'est opéré. Il n'y a plus un centre à partir duquel le monde apparaît. La conscience s'apparaît à travers les objets du monde.

Au fur et à mesure de la maturation et de l'intégration de cette mutation, se fait jour le sentiment d'une parenté intime avec tout être vivant, qui n'est plus ni proche ni lointain, mais immédiat.

Depuis, dans la vie quotidienne, les réponses aux situations continuent de se dérouler alors que la croyance en un moi qui serait l'auteur de ces réponses aux événements de la vie a disparu.

Extrait de :
"Rien ne manque à cet instant"
Tant que vous n'y ajoutez rien
Editions Accarias - l'Originel
Malo Aguettant

 

 

Publié dans 06-Autres Maîtres et enseignements
Georges Morant

Être est notre seule identité (1)

date_range 26 avril 2018
visibility 73 consultations

 

"En amont de tout ce qui constitue une existence, il y a être.

En amont de notre apparente identité, de notre nom, de notre sexe, de nos qualités et défauts, des sensations et des émotions que l'on éprouve, des pensées que l'on a, il y a être.

Un livre ne peut pas changer les événements de notre vie, mais il peut changer le regard, la perspective, à partir de laquelle nous les vivons. Si notre relation aux situations auxquelles nous sommes confrontés est différente, ces situations ne nous affecterons plus de la même manière. Nos pensées, nos émotions, ne seront plus les mêmes.

La substance même de la vie n'est que relation. Les sensations nous mettent en relation avec notre corps qui lui-même est en relation avec le monde. Nos émotions et nos pensées sont également des ensembles de relations qui interagissent avec les sensations. Il suffit donc de changer notre regard sur ces relations pour que notre expérience de la vie change radicalement. Notre vie devient ainsi la qualité d'attention que nous lui portons.

La vie, avant de se manifester dans le monde apparent des phénomènes, est elle-même attention sans attente, c'est à dire conscience.

Ce livre ne prétend pas parler de ce que nous sommes, mais plutôt examiner tout ce qui vient interférer avec cette conscience-être.

Il s'agit d'une enquête sur les représentations que nous nous faisons de nous-mêmes. Toutes ces images, toutes ces histoires que nous produisons à longueur de vie formant autant de filtres, d'écrans, entre ce que nous sommes essentiellement et ce à quoi nous réduisons notre vie.

D'où proviennent ces images, ces histoires ? Pourquoi apparaissent elles avec autant d'insistance ?

Pouvons-nous nous libérer de ce bruit de fond, de ce parasitage permanent, pour accéder directement à " être" , c'est à dire à ce que nous sommes déjà? Ou bien sommes-nous condamnés à passer notre vie entière sous hypnose, esclaves de nos émotions et de nos pensées ?

L'urgence de cette question constitue le sujet de ce livre.

On ne peut pas se représenter la présence.

On ne peut donc pas imaginer ce que signifie vivre sans représentation du moi. On ne peut que projeter des formes sur ce qui est sans forme, autrement dit, se raconter des histoires, de belles histoires ou de moins belles, selon la résonance que cela provoque précisément avec notre histoire personnelle. (..)

p 15 - Extrait de :
"Rien ne manque à cet instant"
Tant que vous n'y ajoutez rien
Editions Accarias - l'Originel
Malo Aguettant

Publié dans 06-Autres Maîtres et enseignements
Georges Morant

Citation du lundi (66)

date_range 5 mars 2018
visibility 42 consultations

(...) La Conscience est absolue. Et tous les phénomènes se déploient à l'intérieur de la Conscience ; le temps se déroule à l'intérieur de la Conscience ; l'espace s'étend à l'intérieur de la Conscience et la causalité joue à l'intérieur de la Conscience. Cela n'est pas la façon parfaite de s'exprimer ; la seule façon parfaite de s'exprimer est le silence. Mais elle est beaucoup plus juste, bien qu'encore imparfaite. Seulement, pendant longtemps ,elle demeure incompréhensible. C'est pourquoi nous sommes amenés à utiliser l'autre langage qui part du relatif (...)

(...) La Conscience n'est pas du tout affectée mais elle est compatible avec tous les phénomènes. C'est ce qui a été exprimée dans des paroles bien souvent répétées et célèbres qui sont le résumé du bouddhisme mahayana : " le samsara, c'est le nirvana", ou encore : "le vide, c'est la forme- la forme, c'est le vide". Et dans les Upanishads il est dit : " si on enlève le vide du vide, le vide demeure inaltéré ; si on enlève le plein du plein, le plein demeure inaltéré."(...)

 

Extrait du livre d'Arnaud : " Tu es Cela" Chapitre Un : " La réponse absolue"

Publié dans 04-Enseignement d'Hauteville, Arnaud
Georges Morant

Satsangs avec Atmananda

date_range 22 février 2018
visibility 59 consultations

Mireille et moi avons eu le bonheur d'assister à cinq Satsangs auprès d'Atmananda. C'est Corinne Bayod qui nous avait suggéré, si nous étions en Inde à ce moment là, d'assister à ces précieux et radicaux rendez vous. Merci Corinne et à très bientôt à la Bertais.

Je ne vous présente pas Atmananda, vous trouverez facilement sut le net les renseignements voulus. Sachez tout de même que c'est un disciple de Chandra Swami, qui s'inscrit donc dans la plus pure ligne védantique de la non dualité.

Les satsangs ont lieu en haut d'une terrasse, après avoir marché trois ou quatre étages, je ne me souviens plus. Mais je mentionne ceci parce que à la fin de chaque étage, un membre du séva était posté, en nous accueillant avec un très beau sourire. J'ai beaucoup apprécié cette entrée belle, chaleureuse, digne, consciente.

L'ambiance générale est intense, recueillie, très silencieuse. Ceci est d'autant plus remarquable, qu'à l'extérieur, oui, nous sommes en Inde et l'ambiance est plutôt sonore.

Je me suis rapidement adapté et ai pu jouir pleinement de ces satsangs menés de mains pédagogues, érudites, joyeuses et non dépourvues d'humour et simplicité. Atmananda est un remarquable passeur d'upanishads. Ne nous y trompons pas, le cœur de ces darshans, satsangs de haute volée était bel et bien dévoué, consacré au fameux et incroyable enseignement de Ramana Maharshi : le fameux self inquiry, Qui suis je ?

Tout au long d'une douzaine de jours, Atmananda a commenté le livre de Ramana Maharshi, les "quarante versets sur la réalité."

Mireille et moi avons donc assisté aux commentaires d' une vingtaine de versets, dont le fameux "TU ES CELA" qui n'est pas sans me rappeler le titre d'un excellent ouvrage d'Arnaud Desjardins

aha sphutam tat-twam-asiti vedhtathapyasamprapya paratma- nistham,

bhuyo vicaro mati- durbalatvam,

tat sarvada svatmataya hi bhati

 

The Veda has said clearly, " That thou art". Even

then, not having obtained abidance in yhe Supreme

Self, to inquire again indicates the debiliyy of the mind. That Reality indeed shines always as

one's own Self. (verset 34)

Publié dans 06-Autres Maîtres et enseignements
Georges Morant

Passion et Abandon

date_range 12 février 2018
visibility 47 consultations

"Le but ultime de la passion est l’abandon. C’est le véritable désir du cœur. L’aboutissement de la quête sexuelle est le moment de l’orgasme, un moment d’abandon total. Les Français l’appellent « la petite mort ». De la même manière, l’aboutissement du chemin spirituel consiste à réaliser l’ouverture complète, au-delà de toute saisie. Cela procure une joie inconditionnelle, qui s’élève de la richesse intrinsèque de notre être.

La passion est un courant d’énergie qui nous traverse, comme une rivière qui, pour finir, doit se déverser dans l’océan. C’est un passage entre deux mondes, conduisant du monde du soi connu à un monde plus large qui demeure au-delà représenté par une personne que l’on aime, un gourou, un enseignement ou par la vie elle- même. Se manifestant en tant qu’inspiration et culminant en abandon, le chemin de la passion révèle l’essence de la vie aussi bien que celle de la mort.

Dans l’un de ses poèmes, Goethe reconnaît la pulsion transformatrice contenue dans la passion comme étant une « sainte aspiration »

 

Je veux louer l’être vivant

                                                Qui aspire à mourir dans la flamme

 

Il décrit comment, comparant cela à un papillon de nuit sorti de l’obscurité pour aller vers le flamme d’une bougie flamboyante,

 

   Un sentiment étrange te saisit

                                                Quand brille l’immobile flambeau.

 

Emporté par votre désir ardent de vous relier à ce qui est vraiment vivant,

 

       Et un désir nouveau t’emporte

                                                Vers des épousailles plus hautes

 

Alors, tandis que votre hésitation disparaît, le courant de la passion vous entraîne dans l’acte d’abandon :

 

          Et finalement, amant de la lumière

                                                Ô papillon, te voilà consumé.

 

La conclusion de Goethe est simple et sans équivoque :

 

    Et tant que tu n’as pas compris

                                                Ce »Meurs et deviens ! »

                                                Tu n’es qu’un obscur passager

                                                Sur la terre ténébreuse."

John Welwood dans son livre " Pour une psychologie de l'éveil" - Éditions La Table Ronde.

Publié dans 06-Autres Maîtres et enseignements
Georges Morant

La joie qui avance chancelante le long de la rue(4)

date_range 20 janvier 2018
visibility 52 consultations

Deuxième et dernier extrait du chapitre 22 : "Le sol qui n'existe pas s'est dérobé sous tes pieds"

Je pressentais que même si j’avais très bien fait de tout miser sur ces êtres plus que chers que la vie m’avait arrachés, c’était en même temps une erreur. Une erreur sacrée, une noble, belle, bonne erreur que je referais sans hésiter une seule seconde, mais une sacrée de putain d’erreur quand même. C’est pour ça qu’Allen m’avait amené à son dingo de Trungpa Rinpoché.

 

Crois moi, c’était quelque chose ce gusse là, à Boulder. Un type très inquiétant, dans le bon sens du terme, hein, mais très inquiétant. Pas très grand, claudiquant, engoncé par tous les temps dans un super costard avec cravate, pochette et tout le tintouin, quand il ne s’affublait pas d’un uniforme de général d’opérette, une espèce de tronche de crapaud asiatique avec un regard perturbant, très perturbant, derrière de grosses lunettes. Et avec ça une voix de castrat d’Oxford. Je te dis pas le personnage. A côté de cette créature, Allen et consorts faisaient figure de fonctionnaires étriqués. Et je passe sur la gnôle. Moi, je n’ai jamais bu. Un verre de bon vin de temps à autre et encore, mais l’autre déjanté, là, t’as pas idée. Il avait eu un accident, je crois, et il boitillait un peu : le miracle, c’était non seulement qu’il tienne debout, mais surtout qu’il fasse autant de trucs et paraisse toujours plus que lucide même si souvent carrément hors limites. Je n’ai jamais approché quelqu’un comme ce bonhomme là, jamais. Néal était frappadingue mais sa folie était désarticulée, explosée, fascinante mais pas inquiétante- sauf si on se souciait, à raison de sa santé. La folie de ce Tibétain là était articulée, méthodique, elle avait quelque chose de délibérée et par conséquent de radicalement dérangeant (…)

Ce Chogyam Trungpa, je ne l’ai rencontré que cette fois là, à part le croiser et le voir de loin pendant mon séjour à Boulder, Allen lui avait dit par quoi je passais, je suppose, et le gars nous a invités à prendre le thé. On était assis dans une sorte de salon, il sifflait plus de saké que de thé, et tout à trac, après dix minutes de conversation anodine, il me regarde de son œil perturbant à vous foutre les jetons et me dit simplement de sa voix aiguë : «  Alors, Hank, maintenant, le sol qui n’existe pas s’est dérobé sous tes pieds et il n’y a pas de retour, il ne peut pas y en avoir, pas vrai ? Je connais ça. » Et sirotant son saké il me regarde encore et sourit, bouche fermée : «  Maintenant, tu peux te terrer dans ta niche et crever comme un chien bon à rien. Ou tu peux te dresser sur tes pattes, courir dans les rues et appeler les vivants comme un maître de meute, mais en prenant bien garde à ce qu’il n’y ait pas de meute qui te suive. Tu peux faire ça. Ou ça. Ce sont tes options. Les deux se conçoivent. C’est à toi de voir. En bref, tu peux vivre, et tu peux crever. Les deux sont OK, si tu veux mon avis. «  Et voilà. Je ne lui ai rien répondu, et ensuite il ne m’a plus rien dit. Personne n’a fait de commentaire. Je ne l’ai jamais vraiment revu.(…)

Gilles Farcet
"La joie qui avance chancelante le long de la rue" - Editions Maelstom revolution

 

Publié dans 06-Autres Maîtres et enseignements, 10-Coups de coeur culturels, Littérature
Georges Morant

Revenir à soi même

date_range 6 janvier 2018
visibility 96 consultations

"La première pratique est donc d'apprendre à revenir à soi même, au cœur du vagabondage des pensées habituelles. Si vous êtes complices de ces pensées, vous n'aurez aucun pouvoir sur les pensées torturantes. Il y a des rêveries en tous genres, des pensées qui ne sont ni véridiques ni nécessaires, mais au moins, nous n'y croyons pas trop. Mais quand les rêveries deviennent : " Personne ne me comprend" ou" ce qui m'arrive est injuste", alors on y croit.

Chaque fois que vous le pouvez, réveillez vous. Et vous pouvez mettre en place un mécanisme qui fait que c'est justement ce qui vous a engloutis, absorbés, qui va être au contraire ce qui vous fait vous souvenir et revenir à vous mêmes. Il y a une émotion ? De cela, vous vous rendez compte. Si vous le voulez - cela ne se fera pas en une minute - vous pouvez créer cette relation : dès que l'émotion se lève, c'est elle le facteur de rappel. Je reviens à moi même et je me souviens que je suis engagé sur la voie. Je me souviens et tout l'enseignement est à ma disposition. Mais si vous êtes trop complices de pensées inoffensives qui ne vous torturent pas; vous perdez une occasion de vous exercer et vous entretenez le mécanisme. Vous demeurez emportés par les pensées, vous n'êtes rien d'autre que les pensées, et, quand les pensées seront déchirantes parce que la situation vous apparaîtra comme spécialement cruelle, vous serez impuissants. Exercez vous. Cette liberté des profondeurs est à l'arrière plan des pires tempêtes, des plus grandes souffrances intimes. Elle est aussi à l'arrière plan des pensées banales plus ou moins heureuses mais dérisoires par rapport à l'Essentiel, à l'Infini et l'Eternel en vous.Vous demeurez à la surface de la conscience, perdant votre temps en rêveries. On ne peut" être" que maintenant. C'est ici et maintenant que vous pouvez ne plus refuser l'inévitable et ne plus discuter l'indiscutable. C'est maintenant que vous pouvez mettre fin vous -mêmes au conflit intérieur et retrouver la paix qui est votre véritable nature.

Arnaud dans son dernier livre paru ; " La paix toujours présente" page 113,114

Publié dans Arnaud
Georges Morant

La joie qui avance chancelante le long de la rue (3)

date_range 18 décembre 2017
visibility 84 consultations

Extrait 1 du chapitre 22 : "Le sol qui n'existe pas s'est dérobé sous tes pieds"

(…) Et, puis un jour…La vie m’a mis à genoux, et non contente de m’avoir mis à genoux elle m’a appuyé sur la tête pour me flanquer face contre terre bras en croix et si j’avais pu m’enfoncer, m’enfoncer dans cette terre sur laquelle je gisais, si j’avais pu traverser la couche et disparaître, m’anéantir, j’en aurais été soulagé, crois-le bien, je ne demandais que ça. C’était plus tard, dans les années soixante dix. Je ne voulais pas me zigouiller parce que je suis juif par ma mère et chrétien par mon père et que chez nous, ça ne se fait pas. Et puis quelque chose me retenait, me liait les mains quand j’étais tenté de m’en servir pour avaler une boîte de pilules ou d’ouvrir la fenêtre. Ce qui m’est arrivé ? Disons que les êtres pour lesquels je vivais, les êtres dont j’avais fait mon sens, ma religion, mon horizon, ces deux êtres là sont partis. Ils m’ont été enlevés tous les deux en même temps et en quelques secondes sur une saloperie de route quelque part dans le sud. Un malheureux enfoiré criblé de piquette et de médocs les a expédiés hors de ce monde en un clin d’œil, et je me suis retrouvé chancelant dans mon bureau, cet après-midi là, empalé par une souffrance inimaginable, le téléphone à la main, fini, d’un seul coup, d’une seconde à l’autre. Terminé. Sauf que j’étais encore vivant, j’étais vivant. Alors quelques semaines plus tard, après les hurlements, la rage, la haine, la bave, après des jours d’abomination, de gestes automatiques, des jours où le monde entier est un mur contre lequel tu te fracasses la tête jusqu’au sang, après ces jours de colère, d’insanité et d’écume, je suis allé voir Allen, parce que je me disais que lui seul était capable d’entendre quelque chose à ce que je traversais sans se croire tenu de verser de la chaux vive sur ma peau écorchée en m’inondant de pieuses paroles. Les pieuses paroles aiguisent l’horreur de l’absurde, elles rendent l’insupportable encore plus intenable, au point qu’on ne peut même plus concevoir l’épouvante que l’on est pourtant en train d’éprouver. Rien de pire que les pieuses paroles, quand le réel s’est invité sans s’annoncer (…)

A suivre...

Gilles Farcet
"La joie qui avance chancelante le long de la rue" - Editions Maelstom revolution

Publié dans Littérature
Georges Morant

La joie qui avance chancelante le long de la rue (2)

date_range 22 novembre 2017
visibility 81 consultations

Extrait du chapitre 16 : " On fait tous le malin tant qu'on se porte bien"

(…) Enfin, tout ça pour te dire mon garçon, qu’on ne gagne rien à faire le malin. Là, tu vois, j’ai mal, je suis foutrement gêné, mon corps me tape sur le système à se barrer en couilles, et la vérité, c’est que je n’en mène pas large. Je n’ai pas peur et c’est déjà pas mal, c’est déjà beaucoup, vraiment, mais nom de Dieu, ça fait mal et je ne connais rien de plus difficile que d’accueillir de bonne grâce le fait que ce corps te fait mal. J’ai eu mal, il y a longtemps, mal dans mon cœur, mal dans mon âme, mal dans le vif de ma chair non physique et c’était intenable et fou et à s’en vider de son sang dans une ruelle pour que ça cesse. J’ai eu mal comme tu peux pas savoir. Et si je pouvais troquer la douleur que le corps m’inflige maintenant contre celle d’alors, je prendrais sans hésiter, une longue, longue douleur du corps. Et pourtant, gamin, la douleur du corps, la peine du corps, le cri du corps, le halètement du corps qui n’en peut plus d’avoir mal, c’est quelque chose dont on n'a pas le droit de causer tant qu’on ne l’a pas vécu, comme tout le reste remarque bien, mais là, en causer tant qu’on n’y est pas passé, c’est sans doute encore plus obscène. La pornographie à l’état pur, ou plutôt impur, le scandale.

En même temps, c’est diablement intéressant, le corps qui peine et verse des larmes de douleur et qui demande pitié dans le silence de ses fonctions. Parce qu’alors, alors, on voit ce qui reste de notre philosophie, de ce peu de sagesse qu’on a tant bien que mal extirpé de cette aventure insensée. On voit ce qui subsiste de qui on est vraiment, et ça, c’est passionnant mon petit (…) le pire, ce serait de se recroqueviller, de laisser cette enfoirée de douleur brute, physique, de la laisser te clore, te barricader dans un tête à tête à la con, juste toi vaincu et elle se repaissant, sa bouche pleine des restes sanglants de ton humanité réduite en lambeaux par elle, la salope de douleur physique. Non, la douleur, il faut que ça ouvre. C’est vrai de la douleur de la chair non physique, celle du vif de l’âme et de l’esprit, ça l’est aussi de la simplissime douleur du corps, celle-là même que celle que toutes les espèces subissent avec plus ou moins de dignité depuis que quelque chose bouge sur cette planète. Que çà ouvre, que ça ouvre, toujours plus grand.

Gilles Farcet
"La joie qui avance chancelante le long de la rue" - Editions Maelstom revolution

 

Publié dans 10-Coups de coeur culturels, Littérature, Messages non classés
Georges Morant

La révolution du oui

date_range 10 novembre 2017
visibility 44 consultations

(...) Le retournement le plus décisif découle de la prise de conscience que la force du refus, la force du "non" , est la même que la force de l'accueil, la force du "oui". La plupart du temps, nous avons le réflexe de refuser un aspect de la réalité qui nous dérange, nous remet en question. C'est ce réflexe du "non" qui provoque une crispation émotionnelle du cœur, une contraction des sentiments. La dualité entre nous et le monde en est la conséquence directe. Toutes les conditions sont alors réunies pour que la souffrance s'installe. Le refus de la situation produit une sorte de kyste dans le tissu de notre histoire qui permet à la mémoire de s'y accrocher et prolonger indéfiniment cette souffrance dans le présent.

Le simple fait de ressentir cette force de refus comme une énergie totalement neutre, avant qu'elle ne prenne la forme du refus, constitue en soi un retour au mouvement naturel d'accueil de ce qui est. C'est ce que l'on pourrait appeler la révolution du "oui". Ce retournement radical du "non" en "oui" permet d'abolir la dualité entre moi et le monde, et de vivre ainsi l'unité, la paix non dépendante(...)

MALO AGUETTANT dans son livre : RIEN NE MANQUE A CET INSTANT

Editions Accarias L'originel

 

 

Publié dans 06-Autres Maîtres et enseignements
Georges Morant

La joie qui avance chancelante le long de la rue

date_range 26 octobre 2017
visibility 127 consultations

Description:
Manhattan, 1988, une tasse de café refroidit sur la table d’un diner de Prince Street. Envoyé par Radio France, un jeune journaliste passe une semaine dans la cuisine d’Allen Ginsberg, à tournoyer autour des survivants de la Beat Generation. Il y croise Snyder, Orlovsky, Corso et quantité de mythes rattrapés par le siècle finissant. Parmi eux, Hank, gueule cuite entre les gueules cuites, poète sans bibliographie à la faconde intarissable.

Campagne française, 2016, un cycle se clôt alors que dehors le soleil brûle. À la faveur d’un dernier déménagement, l’ex jeune journaliste retrouve le vieux dossier qui contient, retranscrit, le verbe éblouissant de Hank. Là, de nouveau, la question, toujours intacte : qui était Hank, au juste ? Mouche à merde profiteuse ? Bodhisattva de quartier sans meute ? Se pourrait-il que ce vieillard décati ait été le dernier grand poète que, sans le savoir, l’Amérique a enfanté ?

 

J'ai fini il y a peu le dernier livre (un roman!) de Gilles Farcet. Il m'a conquis, ébloui. Je ne l'ai pas lu, je l'ai dévoré et ce fut, c'est encore, une semaine après une nourriture riche, intense, magnifique de sens et de sagesse compassion
C'est une pépite et vous savez bien sûr, que pour trouver une pépite, il faut parfois, le plus souvent, creuser, creuser encore et encore creuser
Bref, voilà ce que j'ai ressenti plutôt que penser au sujet de ce livre, en fait une sorte d'ovni littéraire même si je ne peux pas vous expliquer ce que je veux dire
Je l'ai reçu comme un coup de massue, une sorte de coup fort à l'estomac qui fait que vous avez un peu la respiration coupé. C'est un peu comme une déflagration qui ne cesse depuis quelques jours de faire son chemin. Lequel? Je ne sais pas
C'est un livre qui me sonne qui pénètre profond, corps et âme et un peu plus loin encore
Tu sors de cette lecture un peu hébété, culbuté dans ta profondeur, un ouragan est passé. Tu viens de faire une rencontre incroyable
Il y a 25 assez court chapitres et dans chaque chapitre, il y a en quelque sorte, un morceau de bravoure (je n'aime pas l'expression mais elle en dit beaucoup quand même), une pierre précieuse
En fait, ce livre est un peu comme un collier de pierres très précieuses et chaque chapitre nous révèle quelque secret essentiel d'une de ces pierres précieuses
Ce livre, c'est du lourd, c'est très rare que j'éprouve une telle sensation après lecture. Tu sors de ce livre plus lourd au sens d'avoir reçu de la part de quelqu'un qui a du poids, au sens spirituel du terme.
Un grand Merci Gilles
PS : Un dernier mot...En fait, quand vous sortez de cette lecture, vous êtes rempli de BEAT...Lisez, vous comprendrez...
" Tu peux toujours écrire, mais si tu n'as pas le Beat tu es une crécelle qui sonne creux. Car le Beat au fond n'est qu'un autre foutu nom de l'amour"
En voici un extrait : si vous aimez n'hésitez pas à me le dire, j'en mettrai d'autres avec grand plaisir.

(…) Non, le monde n’est pas innocent. Mais son origine, oui, elle l’est. L’origine du monde. Ce qui fait qu’il y a quelque chose plutôt que rien, tu vois ? Cette origine, c’est ce que tu sens quand tu as le bon sens de te lever le matin, avant que tout le monde ne commence à s’agiter et à alimenter la clownerie universelle. Tu ne te souviens pas de cette chanson d’Hendrix, The wind cries Mary ? Hendrix, l’innocence électrique : après que tous les petits diables sont rentrés dans leurs boîtes et que tous les bouffons sont allés au pieu, tu peux entendre le joie qui avance chancelante le long de la rue. Un poète, Hendrix, et pas qu’avec sa guitare. Je le croisais au village , c’était un gamin timide et déjà fatigué. Ce bonheur, cette joie boitillante qui arpente le rue vide, elle est là la nuit et aussi tôt le matin, quand tout est frais, comme lavé. Net, propre. Alors tout te paraît possible ; et de fait tout l’est. Parce que le cycle de compromissions, arrangements, bavardages, atermoiements, poses et postures n’a pas encore commencé même si c’est imminent, ça, on peut y compter. Mais n’empêche, l’innocence est là. A l’origine. Et cette origine, tu l’es. Cette origine, c’est toi mon gars, toi et nul autre que toi. Ecoute moi bien, c’est comme je te le dis. Le commencement, c’est toi, et donc la fin aussi.

Et la poésie, eh bien elle est là. Cette putain de poésie dont on nous a bassiné, qu’on a voulu nous servir froide à l’école, qu’on prétend claquemurer dans des anthologies, des manuels scolaires, des saloperies de clubs animés par des guignols mondains, des revues où des mecs qui se la jouent écrivent trois mots par page et rient de se voir si cool, si « poètes en ce miroir comme tu dirais, ouais je parle un peu français, ouais. Elle est là, la poésie, juste là, dans cet instant frais, à ce point de bascule. Au point repos du monde qui tourne, comme disait ce bon vieux Eliot en faux gentleman anglais de mes deux.

Un poète, c’est un péquin comme un autre qui se tient aux aguets de cette origine puis s’échine à rapporter ce qu’il a entrevu. Tu fais ça et te voilà en compagnie de Whitman, de Thoreau, de Rimbaud et aussi des mecs qui dessinaient sur les parois de leur grotte. Entre deux, il s’agit d’essayer de survivre jusqu’au lendemain. Chacun fait comme il peut (…)

Publié dans Littérature
Georges Morant

Imprégner de vigilance le tissu de notre vie

date_range 19 septembre 2017
visibility 68 consultations

Nous expérimentons le corps à travers les sensations mais nous n'expérimentons pas véritablement le moi car le moi n'est qu'une représentation.

Nous induisons, à partir de notre relation avec l'environnement, que notre moi est une entité autonome, une unité d'organisation, qui gérerait et coordonnerait les informations et les échanges avec le monde.

Cependant, ce qui constitue notre existence, incluant le corps physique et toutes les représentations mentales que nous avons de nous mêmes, n'est pas une entité indépendante mais plutôt une connexion particulièrement dense de nombreux réseaux de flux de matière ou d'informations qui sont reliés eux mêmes avec l'environnement et la totalité du vivant. La distinction entre matière et information n’existe que dans notre monde phénoménal, ce ne sont que des différences d'organisation, de fréquence ou d'intensité. Du point de vue de la conscience, matière et information ne sont pas distincts. Il n'y a pas de limites concrètes entre le "moi"  et l'environnement.

Et pourtant, la stratégie du mental tente de prendre le contrôle du flux permanent de la vie en nous imposant des images fixes de la réalité pour nous faire croire à des objets séparés, et créer de ce fait l’illusion d'une entité "moi".

Une démarche pour se désidentifier de cette représentation du moi consiste donc à ouvrir son cœur à des réactions de plus en plus subtiles, afin de ressentir la source même d'être.

Cette qualité des états psychiques par lesquels nous passons ne peut s'affiner que par deux moyens : d'une part, par une constante vigilance et d'autre part, par une mise à jour des mécanismes de l'inconscient, lorsque ceux-ci sont tellement forts qu'ils nous maintiennent dans une tension permanente, nous empêchent ainsi d'accéder à un état de perception plus subtile.

Plus nous vivons dans un état de vigilance affinée, dans un état de détente profonde, plus cette écoute subtile peut imprégner la texture de notre vie et désamorcer à sa naissance le moindre réflexe de refus, la moindre réaction de crispation qui vient parasiter le flux de la manifestation de la conscience.

Malo Aguettant - " RIEN NE MANQUE A CET INSTANT" - éditions Accarias L'ORIGINEL

 

Publié dans 06-Autres Maîtres et enseignements
Georges Morant

De la méditation

date_range 11 septembre 2017
visibility 86 consultations

Méditer est un appel puissant à disparaître

Cela entre en résonance avec le désir de mourir

C’est se tenir là ou les frontières s’abolissent

Là ou les mots se trouvent devant l’indicible

Ou se dessine un corps invisible, au delà de tout

Méditer, c’est entrer dans un grand vide

C’est un pari difficile car celui qui médite est conscient d’être en relation avec là ou les mots s’évanouissent pour laisser la place au tout ouvert

Alors, seul le silence devient l’appui le plus précieux

Un non endroit ou pointe une paix d’une autre dimension

Une ouverture a lieu, témoin d’une relation d’une profondeur dense, souveraine

Le cœur de la méditation commence là ou les mots s’arrêtent

Là ou la mort nous invite

Méditer, c’est ouvrir grand toutes les portes, intérieures, extérieures et au delà

Être présent, laisser souffler le vent de la Conscience

Ne rien faire

Faire en sorte que ce Rien se révèle enfin comme l’aiguillon essentiel pour nous conduire jusqu’à Lui, Elle, Cela

Faire tout son possible pour que la source ultime jaillisse dans toute sa fulgurance

Qu’enfin mûrissent les fruits de l’impossible pari

Méditer, c’est aimer ce que j’aime et ce que je n’aime pas

Sourire, pleurer, gémir, contempler

C’est accepter de se laisser déranger jusque dans ses retranchements limites

La  tentation très forte, au cœur de la méditation, est de vouloir se saisir de cet instant vertigineux où le"moi" s’efface, où s’opère une brèche dans l'esprit

Être présent à la Conscience, c’est Rien absolument rien

Voilà l'art le plus subtil, le plus vrai,  le secret de la méditation

Être vulnérable et invulnérable

Méditer, c’est aussi s’accrocher de toutes ses forces, surtout quand viennent les moments ou toutes les illusions réunies semblent avoir fait un pacte pour vous inciter à renoncer

Ne sommes nous pas toutes et tous à la recherche d’une paix inconditionnelle

Une paix où l’idée même de se faire du souci pour quoi que ce soit a disparu

Répondre à l’appel de la méditation est le plus beau cadeau de la Vie

Là où résonne le chant infini d’un appel incontournable

Là où, au loin, si près, souffle l’écho immatériel de la danse des mondes

 

 

Publié dans 01-Les activités, Calendrier, Vos textes et poèmes
Georges Morant

Plaidoyer pour le cœur

date_range 10 août 2017
visibility 61 consultations

En ce jour du 6ème anniversaire du "départ" d'Arnaud, voici de quoi nourrir le souvenir de notre maître et de son message!

 

(…) La purification du cœur est la disparition progressive des peurs et des désirs. C’est l’essence même du chemin.C’est le travail le plus ingrat et qui demandera le plus de persévérance ; c’est la seule ascèse par laquelle l’ego puisse être réellement mis en cause et c’est le travail qu’on ne tient pas tellement à faire…

(…) la connaissance la plus haute(prajna) est une fonction du cœur. C’est par un cœur purifié que vous pouvez accédez à une connaissance réelle. C’est par le cœur et seulement par le cœur que vous pouvez accéder à toute forme quelle qu’elle soit d’état supérieur de conscience. C’est la fonction qui, chez l’être humain, est susceptible d’une transformation sans limite.

Entendez une vérité avec laquelle vous ne serez peut être pas d’accord, avec laquelle même les gens sincères et de bonne volonté sont pendant longtemps en désaccord, il n’est pas normal que le cœur dise « non ». Ce « non » même du cœur peut être extirpé. Et c’est là l’essentiel du chemin. Ce « non » du cœur c’est simplement refuser que ce qui est soit. Et ce thème est universel. C’est le dénominateur commun de toute la spiritualité.

C’est pour le « oui » du cœur que j’ai choisi le mot « sentiment » pour le distinguer radicalement de l’émotion. L’émotion n’est que la manifestation de notre monde intérieur subjectif et arbitraire. Découvrir Dieu, c’est un éveil du cœur.

Nous le savons tous, la seule chose qui nous intéresse vraiment concerne le cœur : c’est l’amour.

Le mot amour est le plus attirant qui soit et le plus terrifiant, le plus cruel, le plus douloureux. Les êtres humains sont nés pour se sentir aimés et pour aimer. Je pèse mes mots. Les êtres humains existent pour se sentir aimés et pour aimer. Et cela se vit dans le cœur. Quelle est la réalité de l’être humain ? C’est la peur de ne pas se sentir aimé ; la souffrance de se sentir menacé, frustré, trahi et l’incapacité à aimer vraiment. Qui d’entre vous pourrait me dire que l’amour est une activité intellectuelle, que l’amour est une activité physique ou même que l’amour l’activité d’une énergie maîtrisée, contrôlée et raffinée ? L’amour est la fonction même du cœur.

L’expérience réelle, dont on ne peut parler, au sujet de laquelle on peut à peine tenter de dire quelque chose, le vrai silence intérieur, la découverte ultime est un état dans lequel on se sent intensément aimé alors même que nous serions entourés de gens qui ne nous aiment pas, qui nous considèrent comme un ennemi, qui essaient de nous critiquer ou de nous faire du tort.

L’éveil, de quoi s’agit il ? De cette condition particulière, ou plutôt absence de condition, totalement non dépendante des circonstances, avec tout ce que cela peut impliquer de plénitude- plénitude, le contraire de frustration ou d’incomplétude. Ressentir la plénitude, c’est se sentir aimé d’un amour absolu, incompréhensible, qui ne correspond à aucune expérience, qui dépasse toute compréhension ; et se sentir soi même en état d’amour. Et la souffrance - sarvam dukam, tout est souffrance - c’est de perdre cette condition intérieure. Ne plus se sentir aimé ; ne plus aimer est souffrance.

L’essentiel de la sadhana, c’est le « nettoyage ».

Il est possible de dénouer tous les nœuds du cœur, jusqu’à dénouer le nœud ultime, hridaya granti au singulier.

La possibilité absolue, c’est se sentiment absolu d’être aimé, cette plénitude intérieure transcendant toutes les expériences et portant au degré absolu l’état de bonheur qu’éprouve un être dans le relatif quand il se sent aimé.

Ananda (la béatitude) est un état d’amour absolu, qui n’est en relation avec rien. Vous pouvez déjà en avoir un certain écho que vous pouvez voir luire à l’horizon, comme on voit briller une lumière vers laquelle on marche dans la nuit.

Voilà le but, finalement je ne cherche que cela ; vivre dans l'amour, de l’amour, par l’amour. C’est possible, c’est la Voie, c’est le Chemin et c’est la manière la plus simple et en même temps la plus véridique dont vous puissiez vous représenter un peu le but et assez clairement le Chemin.

Est ce possible ? Oui. Est-ce une tâche aisée, facile, accomplie à bon marché ? Non

Souvenez vous : le Chemin commence avec le cœur, se poursuit avec le cœur et se termine avec le cœur. Et c’est dans la « caverne du cœur », comme disent les Upanishads, que vous trouverez l’Absolu.

ARNAUD DESJARDINS « La voie du cœur » chapitre un

 

Publié dans Arnaud